Infos

2016

 

 

2015

Vers l’Avenir 04/04/2015

LEUZE – Cette année, une ASBL leuzoise aura organisé des vacances pour près de 300 personnes handicapées. Joli travail qui n’est pas sans difficultés. Rencontre.

Depuis quelques semaines déjà, beaucoup d’entre nous surfent sur le web ou parcourent les catalogues à la recherche des vacances d’été rêvées. Pour certaines familles, dont un membre connaît un handicap mental ou physique plus sérieux, la mission s’avère parfois très compliquée. Voire impossible.

À Leuze (Éghezée), l’ASBL «Pep’s Horizons» s’est spécialisée dans ce secteur aussi utile que difficile. «Cette année, nous allons organiser des vacances pour 286 personnes», situe Alexandra Eltchaninoff, la coordinatrice. Lloret de Mar ou Mer du Nord, Corinthe ou Bohan… Les destinations sont tout ce qu’il y a de plus… normal. «Le but est de rendre le séjour le plus divertissant possible pour nos… voyageurs. Des vacances, tout simplement…»

Mais ce qui paraît simple peut s’avérer aussi très compliqué. «C’est évident que l’encadrement est primordial. En Belgique, on parle avec un moniteur pour cinq personnes. À l’étranger, c’est un pour quatre», explique Alexandra. «Ce sont des équipes multidisciplinaires. On trouve des infirmiers, des éducateurs spécialisés… Mais ce qui fait la différence, c’est le contact humain.»

Depuis dix ans, Joanny Adriaens est monitrice dans ces voyages pas comme les autres. «Et je ne voudrais pas manquer une année», sourit cette jeune femme. «Oui, les journées sont très prenantes, on est attentif du matin au soir. On doit aussi être particulièrement vigilant au niveau des médicaments que chacun doit prendre. On aune petite fiche pour chacun. Il s’agit de rester vigilant. Mais avant tout, c’est beaucoup de bonheur pour nous aussi. Le retour de tous nos voyageurs est incroyable. Quand ils s’amusent, ils n’arrêtent pas de vous le dire!»

Un tel séjour ne s’improvise pas. «On repère bien évidemment les lieux de séjour bien avant le départ. Le type de lit, l’accessibilité, des lieux spécifiques pour des soins éventuels… On doit veiller à ce que l’équipement soit adapté», insiste Alexandra Eltchaninoff. «Et puis, ce qui est fondamental, c’est la mentalité de l’hôtelier et de son personnel. On sait aussi qu’il y a des endroits où les personnes handicapées ne sont pas les bienvenues. Certains trouvent que cela dérange la clientèle…» C’est surtout dans les mentalités que le plus gros travail doit encore être fourni. Et là, il n’existe ni traitement, ni remède miracle. Rien que du dialogue et de l’échange. Et là, c’est source de bonheur. «Ce que nos voyageurs apprécient le plus, c’est quand on se met en route pour aller prendre un verre. Rien que la commande, c’est déjà toute une histoire», rigole Joanny. Une petite boum, de la rigolade et parfois, une amourette. «Nous avons un couple qui s’est rencontré lors de nos vacances», s’amuse Alexandre. Des amours de vacances? Quoi de plus normal !

Infos sur l’ASBL Peps et ses voyages organisés sur www.peps-horizons.be

 

 

2014

Vers l’avenir 04/04/2014

LEUZE – Il n’y a pas d’aide wallonne ponctuelle pour les vacances d’une personne handicapée. Mais il y a bien d’autres portes.

«Ma fille a 24 ans. Elle est autiste. Mais les vacances, elle en a besoin, elle les attend», insiste Martine Roland. «Parents comme enfants: chacun doit aussi avoir un temps à soi. Un peu pour souffler. Ma fille me dit aussi assez souvent: Lâcher les baskets!».

Comme d’autres, Martine a des projets pour son enfant mais aussi pour d’autres familles confrontées à d’autres familles. Elle aimerait ouvrir une structure dans un ancien presbytère de la commune d’Éghezée. Et pour cela, elle compte bien aller frapper à la porte de la ministre régionale Éliane Tillieux, compétente en la matière. Avec des chances de succès? «Les budgets sont ce qu’ils sont», rappelle la ministre namuroise. «Mais il y a aussi des aides ponctuelles possibles pour les ASBL et associations locales qui portent des projets originaux, innovants…»

Plus fondamentalement, Éliane Tillieux explique que son job est de casser les barrières, les clichés… «Voilà pourquoi on intervient aussi dans des événements comme les festivals. À Spa ou à Esperanzah!, par exemple, ils ont réalisé des efforts incroyables pour assurer une accessibilité maximale. Là, ça fait aussi bouger les choses, vers plus de mixité. Les festivaliers ne se retournent plus quand ils croisent une personne différente.»

Toujours dans le domaine des loisirs, il n’y a pas d’aide régionale spécifique pour prendre en charge une partie du prix d’un séjour. «Mais à travers toutes les compétences wallonnes, un décret voté en février 2013 impose de prendre en systématiquement en considération un volet lié au handicap.». C’est le cas ainsi pour le TEC qui doit, chaque année, améliorer l’accessibilité de ses bus. «Au niveau du tourisme aussi, un budget spécifique devra être prévu pour aider à améliorer l’accueil des personnes moins valides dans l’horeca», continue Éliane Tillieux. «L’idéal est aussi d’avoir la même approche du côté de la fédération Wallonie-Bruxelles qui gère des compétences encore plus cruciales pour ces personnes touchées par un handicap: l’enseignement, la jeunesse…»

Un patro ou une troupe de scouts qui voudraient ouvrir ses réunions et son camp à des enfants moins valides pourraient aussi disposer d’une aide spécifique, en équipement, en encadrement. Les idées ne manquent pas. C’est l’argent public qui fait plus souvent défaut.

 

 

2013

NAMUR – Remise de chèques à trois associations En fin d’ann ée, Bebert Winand et Arthur Mercier, deux cheminots dans l’âme, ont organisé une 3e soirée au profit de Dunes et Bruyeres – la Maison Heureuse de Ciney, Pep’s Horizons d’Eghezée et les amis de Perce-Neige de Jambes.

Avec le soutien de la ville de Namur, du journal l’Avenir et Radio Nostalgie, ils se sont mobilisés pour réunir des fonds destinés à venir en aide à ces associations. Le public était moins nombreux que les années précédentes, pour assister au spectacle de Pierre Theunis, inégalable en maître du cabaret pur style Liégeois. Malgré tout, c’est la somme de 5.500€ qui a été redistribuée grâce également à différents sponsors nécessaires à l’organisation d’une telle soirée. : la société de chauffage Etienne Belin de Leuze, M. Serge Preudhomme de la Banque Fintro de Bouge, M. Philippe Sprumont de la société Tecame de Belgrade, M. Stéphane Belin de la société Vitatel de Bouge, M. joseph Legros de la société Electro-Mosan de Cognelée, le bureau d’Assurance Catinus de Leuze; ainsi que Caroline et Emmanuelle Spelkens et M. Fabrice Marthus, sponsors de cœur.. Le drink de l’amitié pour la remise du chèque a eu lieu dernièrement au «Cherche Midi.».

 

 

Passage à la télévision :

http://www.canalc.be/canal-et-compagnie-12-mai-2014/

Les commentaires sont fermés.